Rayonnages métalliques et traçabilité: 40 ans de codes barre

La logistique vit des moments où le commerce électronique, la mondialisation et l’économie d’échelle est en train de révolutionner toutes les phases de la chaîne logistique, avec des exigences de productivité dans les entrepôts de plus en plus sévères devant avoir recours à une grande diversité de systèmes de rayonnages métalliques, des entrepôts automatisés et des systèmes semi-automatisés de picking et de manutention. Mais tout cela n’aurait pas évolué jusqu’à ce que c’est de nos jours, s’il y a quatre décennies, la traçabilité moderne n’était pas née grâce à l’implantation du code barre.

En janvier dernier, cela faisait 40 ans que le code barre avait été utilisé dans une application pratique pour la première fois. Le 26 juin 1974 le premier produit avec un code barre était scanné aux Etats Unis, un paquet de chewing-gum. Deux ans après, en 1976, le code barre de 13 chiffres était conçu, ce qui permettait d’utiliser les codes barre au niveau global. Et une année plus tard, en 1977, est née la European Article Numbering (EAN) qui a permis de standardiser le format international EAN13 de codes barre si connu, que nous sommes tous habitués à voir dans des grands-magasins et dans des magasins de tous les secteurs.

L’usage du code barre unidimensionnel s’est rapidement répandu dans la majorité des pays du monde, pouvant suivre un standard international et optimiser ainsi les tâches de manutention et de contrôle d’inventaire depuis les rayonnages métalliques de l’entrepôt jusqu’aux points de vente.

La GS1, association sans but lucratif, présente dans plus de 100 pays et ayant comme objectif de concevoir et d’implanter des standards globaux, s’était chargée depuis le début de standardiser les codes barre. La GS1, en 2003 avait lancé le premier code barre bidimensionnel (DataMatrix). Huit ans plus tard, en 2011, les codes QR ont été adoptés comme standard, un nouveau type de code bidimensionnel qui avait été conçu au Japon et publié en 1994, et qui actuellement grâce aux Smartphones, est devenu très populaire.

Les codes barre continuent à être un des systèmes d’identification et de traçabilité les plus utilisés dans les entrepôts, grâce, en grande partie à son faible coût. N’importe quelle imprimante peut imprimer des codes lisibles, et les lecteurs de codes ont un coût très peu élevé. Cela est le principal facteur qui rivalise avec les systèmes de traçabilité les plus modernes et avec beaucoup plus de possibilités, comme le RFID passif et le RFID actif, mais avec des coûts plus élevés.

ATOX Sistemas de Almacenaje, conçoit et fabrique des systèmes de rayonnages métalliques et des solutions de stockage de haute qualité. Avec plus de 50 ans d’expérience, ATOX propose une large gamme de rayonnages industriels, des rayonnages pour palettisation et des rayonnages pour picking, ainsi que des systèmes pour agrandir l’espace des entrepôts comme des plate-formes industrielles ou mezzanines et des y passerelles surélevées.

Avec l’évolution de la logistique et les marchés. ATOX mise sur les nouvelles technologies et sur la constante innovation, en concevant et en fabriquant des entrepôts automatisés et des systèmes semi-automatisés pour les tâches de picking et de manutention, pouvant fonctionner en coopération avec n’importe quelles technologies de traçabilité existantes.